LE DESIGNER

Un inventeur ré-créatif

Né en 1973, Stéphane Joyeux, jeune designer d'origine berrichonne se forme en design produit à CREAPOLE-ESDI après un bac d'électrotechnique et met très rapidement en application l'enseignement qu'il reçoit. Un premier stage de deux mois en 1997 au sein de l'entreprise Arnould, spécialiste de prises et interrupteurs, le familiarise avec un milieu d'excellence. Sa contribution à la conception de l'interrupteur 2001 en hommage au 1001 de Raymond Loewy l'initie à la rigueur des process dans un domaine soumis aux normes.

Afin de pouvoir financer ses études, en septembre 1997, il débute un contrat de professionalisation au sein de Plasto design, qui créé des solutions adhésives pour le secteur automobile, notamment. Univers de marque, monogramme, il décline et soumet auprès de constructeurs, de nouvelles griffes et tendances pour habiller les véhicules. Il profite de son expérience des résines et colles développées par Plasto pour présenter à son diplôme en mai 1998 une chaussure de sport avec semelles adhésives repositionnables. Conçu pour Adidas, son concept qui obtient la mention très bien, retient l'attention de la marque. Elle lui propose de rejoindre son équipe en Allemagne mais toujours sous contrat avec Plasto, il doit refuser l'offre. Finaliste la même année, des concours "Jeunes Flammes" de Gaz de France avec une coccinelle barbecue de table et "Défi Alu" de Sogecap sur le thème Paris/New York, qu'il illustre par des flacons de parfum en forme de bite d'amarrage, c'est avec subtilité et une pointe d'humour qu'il aborde chaque cahier des charges.

Juillet 1999, à l'issue de son contrat, Plasto lui propose de créer une filiale chez General Motors à Détroit mais sursitaire du service obligatoire, il ne peut plus partir à l'étranger. L'agence Amarillo sous-traitant exclusif de Salomon à Annecy, cherche un collaborateur. Répondant au profil, il est engagé pour dessiner et projeter chaussures de ski, de randonnée et planches de surf... Du cahier de recherche, il passe très vite à l'étape du volume qu'il affectionne afin de trouver les solutions techniques qui optimiseront le produit. Chargé également de tester les prototypes, il en profite pour satisfaire sa découverte du milieux alpin.

Après, deux années passées à Annecy, il décide de se rapprocher de ses racines et prospecte en région Centre. Aigle, fabricant de vêtement de sport et outdoor est très intéressé par l'expérience qu'il a acquis chez Salomon. Son choix le conduira finalement chez Roger Pradier, une décision qu'il ne regrette pas. Il intègre la société en octobre 2001 en tant que designer junior. Ce n'est que lors de l'acquisition de l'entreprise par Christian Lombardet en 2003 qu'il se verra confier l'ensemble de la création et de la communication de l'éclairagiste, avec pour mission première de rajeunir le catalogue classique mais également de construire une gamme contemporaine, vitrine du changement de direction.
Préférant l'acte à la parole, il est sur tous les fronts. Refonte intégrale de la maquette du catalogue tous les deux ans, photos, fiches produits, charte graphique, noms de produit, recherche de tendances, conception de nouveaux modèles pour Roger Pradier et rp design, il dessine, modélise et supervise toutes les étapes jusqu'à la présentation aux commerciaux du luminaire.

Avec son PDG, il partage la même vision de l'entreprise, rp design représente cette complicité. Gaston Lagaffe, poète ferrailleur, récupérateur de solutions formelles et mécaniques, les aires de récupération font partie de son environnement et Grumo en porte la trace. Peu disert sur son travail, qu'il laisse à l'appréciation du client, Stéphane Joyeux combine impressions d'enfance et innovation pour dessiner la trame de nouveaux comportements. La boîte à éponge de nos ardoises, le bouchon d'un jerrican se glissent dans Picto. Clairvoyant, le designer associe avec habileté, provocation et ingéniosité pour qu'au delà du sentiment de surprise, seule reste la raison de l'utile.